Nouvelles

Oihan Mendo, a déclaré: « Nous devons réussir à rapprocher à nouveau Udalbiltza du centre et du sud de la Navarre »

Le Maire de Puente-La-Reina-Gares et membre du Comité Exécutif d'Udalbiltza,

- Vous êtes Maire de Gares/Puente-La-Reina et, depuis la dernière Assemblée Générale, membre du Comité Exécutif d'Udalbiltza. Cela a été facile de vous plonger dans les activités d'Udalbiltza?

Comme partout, au début, c'est difficile de prendre le rythme de la dynamique de travail, et devoir tout-à-coup travailler sur autant de sujets différents a un côté un peu fou, mais les membres du Comité Exécutif d'Udalbiltza et le personnel technique m'ont donné toute l'aide nécessaire pour que je prenne, aussi vite que possible, le rythme de la tête du peloton. Je les en remercie.

- Comment voit-on la dynamique d'Udalbiltza depuis la Navarre ?

La Navarre est un territoire très riche, dans tous les sens du terme. Par conséquent, il m'est impossible de donner une vision générale pour toute la Navarre. Mais je peux dire que dans ma zone, au centre de la Navarre, la naissance et les dynamiques d'Udalbiltza ont été reçues avec enthousiasme mais, qu'avec le temps, nous avons ressenti les dynamiques et la présence d'Udalbiltza de manière de plus en plus lointaine. Maintenant, suite au processus de réflexion Udalbiltzan Bagabiltza, nous devons réussir à rapprocher à nouveau Udalbiltza du centre et du sud de la Navarre, c'est un de mes objectifs personnels.

- Selon vous quels sont les défis principaux, pour Udalbiltza ?

Selon moi, les défis principaux sont au nombre de deux : d'une part, faire qu'Udalbiltza soit transversal dans tous les sens du terme, politiquement et socialement, comme a réussi à le faire AMI en Catalogne. D'autre part, faire qu'Udalbiltza soit un outil efficace et utile pour les municipalités, en donnant dans le même temps de la cohésion aux différentes dynamiques municipales du Pays Basque, en créant une unité. Cette unité, de plus, devra tenir compte des rythmes de la Navarre et du Pays Basque Nord. Udalbiltza a donc un véritable défi politique à relever.

-Chaque membre du Comité Exécutif a la responsabilité d'un projet. Le vôtre en est à son début. Il s'agit de la Banque des Expériences. Quel est votre objectif ?

Au Pays Basque, il y a de grandes synergies entre la société et le monde des entreprises. Pourquoi pas aussi dans le domaine municipal ? Nous savons que les municipalités du Pays Basque, chacune avec ses objectifs, développent des projets pilotes et novateurs, et la Banque des Expériences veut rendre ces expériences accessibles aux municipalités du Pays Basque.

-Vous pourriez faire un bilan du travail mené jusqu'à présent par la municipalité de Gares ?

Nous sommes un groupe très jeune et nous avons apporté deux projets principaux à la mairie : le développement local et la participation. Après trois ans de mandature et beaucoup de travail, je crois que nous avons réussi à amener notre dynamique politique et idéologique au centre du jeu politique, et çà, c'est une grande avancée, dans le contexte qui est le notre. Par exemple, au sujet du développement local, nous avons voté l'ordonnance des clauses sociales ; dans le domaine des énergies renouvelables, nous sommes plongé·e·s dans un plan qui a gagné un prix ; et nous avons réussi à mettre en œuvre des projets ambitieux avec les demandeur·e·s d'emploi et les commerçant·e·s. Dans le domaine de la participation, nous avons travaillé aux premiers budgets participatifs de Gares, et, pour développer la collaboration des citoyen·ne·s, nous avons organisé des assemblées de quartier, créant par ce biais des groupes autonomes de citoyen·ne·s très dynamiques, par exemple le groupe garbiTU Gares. Nous nous en félicitons et, maintenant, notre objectif principal et de pérenniser ces projets.

 

Nouvelles