Nouvelles

« Udalbiltza peut être une structure qui facilite les synergies entre petites communes »

En 2017, les communes d'Artea, de Meñaka, d'Errigoiti, de Larrabetzu, de Ziortza-Bolibar, de Mendaro et de Zerain sont entrées dans le Consortium Udalbiltza. Ainsi, le Consortium rassemble maintenant 73 municipalités. Madame le maire d'Errigoiti, Aintzane Arrien Orbe, a répondu à nos questions.

1. Pourquoi Errigoiti est-elle entrée dans le Consortium Udalbiltza ?
Parce que c'est une structure née pour rassembler le Pays Basque dans son ensemble et que nous voulons y apporter notre aide.

2- Quelle peut être l'apport des petites communes au sein d'Udalbiltza ?

Bien souvent, ce sont les grandes communes qui apportent la dynamique au sein des associations. Au Pays Basque, il y a beaucoup de villages de la taille du nôtre, et Udalbiltza peut être une structure qui facilite les synergies entre nous.

3- Comment voyez-vous le Pays Basque, du point de vue de la cohésion territoriale ?

Avec la globalisation, le monde a rapetissé. Nous recevons des informations de partout, et les façons de vivre, de penser, de manger, de s'habiller... sont en train de s'uniformiser. Nous avons beaucoup de travail à faire pour garder notre identité et pour que les citoyen·ne·s prennent conscience de l'importance de la maintenir.

4. Quels arguments donneriez-vous à une commune pour qu'elle rejoigne Udalbiltza ?

Que nous sommes tou·te·s nécessaires. Être organisé·e·s en réseau nous renforce. Bien souvent, l'activité municipale quotidienne accapare les membres du conseil municipal, et il est bon de s'arrêter, pour travailler à des sujets extérieurs au champ municipal. Je leur expliquerais aussi qu'Udalbiltza est une des clés de la construction du Pays Basque.

5. Le conseil municipal d'Errigoiti est constitué entièrement de femmes. Comment travaillez vous au niveau municipal ?

Même s'il y a beaucoup de travail à faire au village, cela fait trois ans que nous appliquons notre programme.

Nous avons pas approfondi la réflexion à ce sujet, mais nous pensons que le fait d'être des femmes à une influence. Dans la mise en réseau du village, dans les relations, dans les projets auxquels nous avons pu donner la priorité. Nous avons essayé de changer par rapport à ce qui se faisait avant, en privilégiant le travail de groupe.

 

Nouvelles